Manon, une créatrice de bijoux qui n’aimait pas… les bijoux

Manon (à gauche) pose devant son stand de bijoux aux côtés de sa sœur Mireille.

Garçon manqué, la petite Rasoamiaramanana Manambina ne portait ni collier, ni bracelet. Aujourd’hui, la jeune créatrice les fabrique. Elle a fondé sa propre marque La Petite Fée.

A l’état civil, on la connaît sous le nom de Rasoamiaramanana Manambina. Mais dans son entourage, tout le monde l’appelle Manon. Cette ancienne nounou à domicile, qui a toujours vécu à Moroni, est aujourd’hui créatrice de bijoux. Elle a créé sa marque : La Petite Fée. Samedi 7 novembre, nous l’avons rencontrée au Glaco, à Moroni, où elle exposait. “Mes bijoux, je les fabrique avec beaucoup de doigté et d’amour”, dit-elle, sourire aux lèvres. 

Un parcours étonnant de la part de cette jeune femme, qui, enfant, ne les aimait pas. “Je suis plutôt garçon manqué dans mon genre”, affirme t-elle. Les bijoux et le maquillage, très peu pour elle, aujourd’hui encore. “Ma sœur Mireille s’entêtait à m’offrir des bijoux. La plupart restaient dans les placards. Je me suis dit que, peut-être, si je les fabriquais, je pourrais les porter, rien que par fierté.”

100 % recyclé et à prix doux

Manon confectionne ses bijoux chez elle avec du matériel recyclé, du bois, des boîtes de conserve, des perles jetées à la benne, des coquillages, du métal, des morceaux de plaque de carton ou de bois, des épingles à nourrice… “Je fais les poubelles”, déclare-t-elle tout de go.

Son imagination n’a pas de limite. Et dans ses mains, tout se transforme. Ces rebus deviennent colliers, boucles d’oreilles, bracelets pour femme et pour homme, à porter de jour comme de nuit, pour une soirée ou aller au travail. Elle confectionne aussi des objets décoratifs de bureau ou de salon.

Manon a choisi de faire dans la simplicité. Par exemple, elle utilise un fil élastique noir pour ses colliers et bracelets. “Je travaille sur des choses compliquées mais uniquement sur commande. On me dit ce qu’on veut et moi je matérialise”, explique-t-elle.

Et parce qu’elle veut que tout le monde en profite, elle fait des prix doux. 

Avec sa licence en marketing, Rasoamiaramanana Manambina a décidé de devenir sa propre patronne. “Tout le monde a du talent et moi je l’ai découvert en faisant plaisir à l’autre.”

Economie
Hayatte Abdou

Aux Comores, un village roulé dans la farine : autopsie d’un fiasco financier

En 2016, l’ambassade de France a versé 18 millions KMF pour financer un projet de transformation et conservation du fruit à pain à Chouani, dans la région de Hambou, au sud-ouest de l’île de Grande Comore. Le village a abondé de près de quatre millions de KMF. Mais cinq ans plus tard, rien ne va plus. De ce projet, il ne reste plus qu’un bâtiment qui tombe en ruines.

Lire l'article »
Justice
Hayatte Abdou

Mort du journaliste Ali Abdou : la famille dénonce un acte criminel

Ali Abdou, premier président du Syndicat national de journalistes aux Comores, a été retrouvé mort le 12 décembre 2020, à son domicile. Après une enquête expéditive, la justice a conclu à une mort naturelle. Des éléments troublants viennent semer le doute. La famille penche pour la piste criminelle sur fond de différend familial et dénonce un conflit d’intérêt avec le procureur de la République.

Lire l'article »

Le NATIONAL Mag est un nouveau média, créé sous la forme d’un pure-player, un site d’information en ligne. Il traite de l’actualité de l’archipel des Comores et s’adresse à tous.

Copyrights © National Magazine | 2021

error: Le contenu est protégé contre les copies non autorisées !!